Thérapie des troubles anxieux

Psychanalyse, thérapie comportementale et cognitive, EMDR, hypnose ericksonienne et PNL, thérapie stratégique, médecine complémentaire et alternative.

Psychanalyse

S’il faut d’abord citer la psychanalyse, c’est bien parce que Freud fut le premier à proposer une explication et un modèle thérapeutique pour le traitement des phobies. Dans le cas du Petit Hans (1905) il décrit comment un petit garçon de 5 ans développe une phobie des chevaux, transformant son complexe de castration en peur d’être mordu. Une thérapie brève lui permit de guérir. Cependant il s’avère que la psychanalyse ne soit la technique de premier choix pour le traitement des troubles anxieux. Ceci particulièrement en ce qui concerne les phobies et les suites de traumatisme. Il existe actuellement d’autres méthodes qui permettent de travailler plus rapidement et plus facilement tout en obtenant un résultat durable. L’argument selon lequel “seule une thérapie en profondeur (sous-entendu analytique) peut guérir définitivement  un trouble anxieux” n’a pas été confirmé statistiquement.

Voici donc quatre autres techniques, avec lesquelles je travaille, très souvent de manière combinée

  1. TCC: thérapies cognitivo-comportementales
  2. EMDR.
  3. Hypnose et PNL.
  4. Thérapie stratégique selon Nardone et Watzlawick.

TCC: thérapies cognitivo-comportementales
Les TCC ont peu à peu gagné le respect du monde scientifique. Elles sont de nos jours recommandées par l’OMS en première intention pour le traitement des états phobiques (WHO – Treatment of Mental Disorders – 1993). Le travail thérapeutique est centré sur le problème actuel et sur la guérison du symptôme visible. Îl n’y a à priori ni interprétation, ni recherche d’une cause dans le passé. Le patient apprend à observer par quelles pensées ou croyances (cognitions) il entretient aujourd’hui sa peur. Séance après séance, sous la direction active du thérapeute, il découvre comment se détendre (relaxation) et, par des exercices de confrontation imaginaires ou réels (in vivo), il déprogramme  son comportement anxieux. C’est donc avant tout par l’expérience que le patient avancera pour retrouver confiance dans son environnement. Les TCC sont aussi applicables aux troubles anxieux généralisés, surtout lorsque un conflit intrapsychique ne peut pas être mis en évidence ou que le patient n’est pas accessible à un traitement analytique.

Une technique particulière développée par Albert Ellis, psychologue américain, la REBT.

EMDR (Eyes movements desensitization and reprocessing).
Dernier rejeton des nouvelles thérapies brèves, cette technique développée à partir de 1987 par la psychologue américaine Francine Shapiro, allie une technique simple de stimulation bilatérale (p.ex. les mouvements des yeux) à un ensemble de techniques déjà éprouvées (thérapie cognitive, exercices d’imagination, hypnose,…). Ce cocktail bien dosé permet une accélération parfois spectaculaire du travail thérapeutique. L’intérêt de l’EMDR est de permettre une confrontation (exposition) relativement courte. En raison même de cette rapidité il est souvent nécessaire de bien préparer le travail par une phase de stabilisation.  Différents exercices d’imagination, voire même des exercices de respiration seront les bienvenus. Dans la phase de traitement, aussi bien la quantification du stress (échelle) que la formulation des cognitions, des l’émotions et du vécu corporel liés à la scène évoquée,  nous rappellent la TCC. Et puis, même si les praticiens de l’EMDR se défendent “des pieds et des mains” contre tout amalgame,  les effets de transe (hypnose) et de dissociation thérapeutique (PNL) sont indéniables.
pour en savoir plus sur l’EMDR >>

L’hypnose sans hypnose de Milton Erickson et la PNL
Dans les années 1920 Milton Erickson, un jeune psychiatre américain apprend l’hypnose classique, où il excelle bientôt. Obligé par son nouveau patron d’y renoncer, il développe une technique d’induction informelle sans phrases stéréotypées ni pendule. Ainsi par le biais d’une “hypnose conversationnelle”, il peut contourner élégamment les résistances des patients. Grâce aux métaphores et au recadrage, il stimule leurs ressources et leur potentiel naturel de guérison. Les recherches que Milton Erickson mènera jusqu’à sa mort en 1980 attireront dès les années soixante des chercheurs de pointe de toute l’Amérique, en particulier Georges Bateson et l’équipe de Palo Alto. Deux psychologues, Grinder et Bandler, à la recherche des meilleurs thérapeutes du pays étudieront sa méthode avec acribie pour en dégager l’essentiel. Ils créent alors la PNL, une technique à la fois complexe et  remarquablement bien structurée qui reprend en substance la plupart des découvertes de Erickson (mais aussi de Fritz Perls, Virginia Satir et Frank Farelly). L’avantage de la PNL est qu’on peut l’apprendre relativement rapidement, alors que le style de Erickson, un improvisateur et un conteur sans pareil, n’est pas facile à imiter.

L’Hypnose Ericksonienne et la PNL offrent des instruments de travail précieux pour le traitement des troubles anxieux. L’une et l’autre ont une approche ludique (de jeu) qui sera particulièrement appréciée par les patients qui sont déjà suffisamment stressés par le traitement. Passant en souplesse d’un registre de perception à un autre (p.ex. visualiser la peur au lieu de la sentir), proposant des techniques de mise à distance (se voir de l’extérieur, voir une scène de très loin, etc.) et en stimulant abondamment les ressources naturelles (sport, souvenirs agréables, plaisirs des sens,…), elles permettent au patient d’apprendre rapidement à se déconditionner en rusant avec ses propres schémas anxieux.
pour en savoir plus sur la PNL >>

Thérapie stratégique selon Nardone et Watzlawick
Dans les années 80 de nombreux thérapeutes ont mis en pratique ce qu’ils avaient appris sur la notion de système et de cybernétique. Watzlawick à Palo Alto (Californie) et Giorgio Nardone à Arezzo (Italie) publieront ensemble différents ouvrages sur la communication paradoxale. Ils utilisent même explicitement l’expression d’Hahnemann “similia similibus curantur”, soigner le mal par le mal, pour désigner leur intervention. C’est l’histoire – vraie – du gendarme qui crie au pauvre homme qui essaie de se noyer: “arrêtez ou je tire!” et lui sauve ainsi la vie.

Pour ma part c’est la découverte fortuite du livre de Nardone “Peur, panique, phobies” qui m’a donné une clef essentielle pour le traitement des troubles anxieux. Il propose un schéma de dix séances avec un protocole fixé d’avance. Au lieu d’aider le patient à éviter ses peurs et/ou ses obsessions, il les prescrira impérativement. Dans un deuxième temps il donnera des tâches à accomplir où le paradoxe et la ruse sont utilisés systématiquement. La technique de prescription de Nardone – que Milton Erickson avait de son temps abondamment utilisée – est irremplaçable si l’on affaire à des idées fixes (“je ne vaux rien, tout ça c’est de ma faute, etc.”). Alors que celles-ci peuvent bloquer un traitement pendant des années, la prescription du symptôme (p.ex.”j’aimerais que vous pensiez du mal de vous, 10 minutes par jour!”) va très rapidement et spontanément (!) faire naître de nouvelles pensées (“tu es bien comme tu es!” etc.). Comme les comportements anxieux et obsessionels sont très souvent combinés, cette manoeuvre simple est appréciable. Elle peut sauver des vies!

Autres méthodes
Si les méthodes citées offrent des outils efficaces, il serait bon de citer encore trois techniques, qui m’accompagnent depuis près de 20 ans et qui peuvent être utiles dans les cas de troubles anxieux:

  • L’homéopathie classique: elle dispose de nombreux remèdes pour traiter non seulement les manifestations de l’anxiété mais aussi les maladies “suites de peur”. C’est en apprenant en 1983 comment le Dr Bullet de Oerlikon avait guéri une patiente de la peur en avion, que je me suis intéressé à l’homéopathie. Depuis, j’ai eu l’occasion d’aider de nombreuses personnes victimes de trac, de nervosité ou souffrant de suites de traumatisme.
  • Le massage Furter: développé par le médecin français Michel Furter, cette méthode permet de traiter non seulement toutes sortes de douleurs musculaires et viscérales, mais aussi de résoudre en quelques minutes “le nœud de la peur” qui, au niveau du plexus solaire, bloque la respiration. D’autres douleurs, thoraciques, abdominales ou à la nuque entretiennent inutilement un sentiment d’angoisse, qui cède au massage Furter. Bien souvent les patients me disent apprécier  ce contact thérapeutique: ils ont l’impression grâce à ce traitement global d’être mieux pris au sérieux.
  • La kinésiologie: grâce au test musculaire il es possible de mieux déceler des peurs cachées. Le psychologue Callahan, dans son livre “Cinq minutes pour vaincre l’anxiété” promet monts et merveilles. Selon ma propre expérience, si sa méthode est dans certains cas intéressante, elle ne suffit souvent de loin pas. La EMT (Emotional Freedom Techniques), qui a repris et développé cette technique, pourrait selon certains thérapeutes offrir de bons résultats. A suivre …

Une petite histoire de la peur >>

Différents types de troubles anxieux >>

©Dr Marc Muret, Zurich 2005 – 2010