EFT

Un peu d’histoire
Le chiropracticien Georges Goodheart a développé la “Applied Kinesiology” (kinésiologie appliquée).  Elle permettait de déterminer des troubles de l’énergie corporelle en testant la force d’un muscle. En 1962 il fait connaissance avec l’acupunture dont il repprend les schémas en remplaçant les aiguilles par des tapotements du bout des doigts. La kinésiologie applliquée a donné naissance entre autres à la technique Touch for Health de John Thie et à la méthode NAET (allergies alimentaires).

John Diamond, un psychiatre australien, crée en 1970 la ” Behavioral Kinesiology ” (kinésiologie béhavioriste). Dans son livre “Life Energy” (1985) il décrit comment  les organes sont spécifiquement associés à différentes émotions. Il utilise des affirmations positives tout en tapotant la région du thymus pour résoudre les problèmes émotionnels. C’est ce développement qui est à l’origine des MBT (Thérapies Basées sur les Méridiens).

En 1980 le  psychologue Roger Callahan découvre que si une personne se concentre sur une peur précise, en combinaison avec le tapotage, cette peur peut disparaître de façon définitive. Sa découverte est due à un hasard. Lui aussi avait cherché une solution du côté des méridiens.En tapant le point terminal du méridien du foie, il délivre instantanément une patiente d’une phobie de l’eau qu’il essayait vainement de guérir depuis deux ans( lire l’histoire détaillée de “Mary”). Il poursuivit dès lors ses recherche en associant différentes séquences (algorithmes) pour chaque émotion. Cette méthode s’appelle TFT ou ” Thought Field Therapy ” (Thérapie de Champs de Pensée).

Un des élèves de Callahan, Gary Graig, ingénieur, pasteur consacré et maître en NLP,  a cherché une méthode pour le grand public. Il utilise une méthode standardisée, utilisable par tout venant, ne requérant aucune connaissance en kinésiologie. Il a commencé à se faire connaître vers le milieu des années 1990 en lançant son site www.emofree.com (qui a cessé d’être actualisé en janvier 2011). Une lettre hebdomadaire électronique diffuse à plus de 11000 abonnés les derniers témoignages de succès thérapeutiques. Sa méthode peut être apprise en détails par manuel ou par démonstration sur DVD (prix raisonnable). Malgré des résultats évidents (80-90%) de résultats positifs, la validation scientifique n’a pas suivi jusque là. Gary Craig ne s’en soucie guère, persuadé que cette méthode s’imposera par elle-même. Celà explique pourquoi cette méthode est pratiquement inconnue des médecins et des psychologues.

Mon expérience
J’avoue avoir eu une réaction de dérision, la première fois qu’un patient m’a rapporté avoir guéri ses peurs par des tapotements sur les points d’acupuncture. Suite à une démonstration par une collègue, en juin 2005 j’ai commandé une première série de DVD, qui restèrent quelques semaines sur un coin d’étagère. Deux mois plus tard, par curiosité, j’ai regardé le premier DVD . Il y avait une démonstration d’un cas de traumatisme de guerre soigné en une séance de EFT. Sceptique, j’ai regardé les prochains DVD. J’ai testé la méthode sur un premier patient avec un bon résultat. D’autres excellents résultats ont suivi. Je me suis formé directement à la source en utilisant les DVD de démonstration de Cary Craig, où il montre personnellement comment il travaille. Comme ces séries de documents s’étendent sur plusieurs années, il est possible de voir comme l’inventeur a modifié peu à peu sa technique, en raccourcissant son protocole et en introduisant de nombreux éléments de PNL. Etant formé aussi bien à la kinésiologie qu’à la PNL, il était facile pour moi de le suivre. Le cours sur DVD est à mon avis plus judicieux que bien des cours de certains formateurs, qui n’ont pas intégré les nouveaux développements de la méthode et enseignent la “méthode longue”.

Au cours des premiers mois, prennant compte de différents apports que l’on trouve chaque semaine dans la “newsletter” de Cary Craig , j’ai essayé diverses variantes de la méthode de base pour me fixer peu à peu sur un protocole (algorithme) simple de 16 points, avec stimulation bilatérale. En séance j’utilise le test musculaire que je connais depuis plus de vingt ans pour contrôler mon travail. J’apprécie beaucoup la douceur de la technique EFT. Alors qu’en EMDR on a facilement un “effet-trigger”, où le patient est inondé d’émotions, l’utilisation de l’EFT en continu (David Lake) permet de calmer le patient au fur et à mesure que les souvenirs sont racontés. Il est possible de de combiner le récit et le traitement des points. De plus en contrôlant systématiquement s’il y a une “inversion psychologique” (Psychological Reversal), on peut mesurer la compliance du patient au traitement. Pratiquement celà veut dire que l’on teste sa réaction   aux expressions comme “santé, maladie, j’ai le droit de guérir, …” pour mettre en évidence un refus inconscient de la guérison … ce qui est très fréquent et heureusement facilement réversible.

Méthode
Vous trouverez sous www.technique-eft.com (en français) et www.eftuniverse.com (en anglais) de nombreuses informations sur la méthode. De fait la méthode se développe – et c’est le désir de Gary Craig – continuellement. En regardant les DVD on découvre que les différents experts utilisent une méthode simplifiée, parfois juste 3 points, alors que la méthode de base telle qu’on peut la lire dans le manuel officiel ou les livres à disposition indiquent une procédure bien plus complexe.

Le premier pas est de vérifier si la compliance (terme médical désignant l’aptitude du patient à suivre son traitement, par exemple si il prend bien ses médicaments) est bonne, grâce au test musculaire. Si il y une inversion de l’intention de guérison, elle pourra être facilement traitée.  Il suffit de stimuler certains points pendant que le patient répète trois fois à haute voix une phrase telle: “même si je suis tout le temps x (malade, déprimé, timide, en colère,…), je m’accepte complètement et profondément”. Cette phrase peut être variée, mais doit comprendre les deux termes paradoxes du mal et de l’acceptation. Il n’est pas rare que le patient ne puisse pas dire cette phrase, dans ce cas il faudra en parler en respectant les réticences. EFT n’est pas une méthode de “pensée positive” ni une nouvelle méthode Coué.

Le deuxième pas est le traitement lui-même. Différents points seront tapés en énonçant à chaque nouveau point, à haute voix, “l’étiquette” du problème: “cette timidité en public, cet accident, (cette peur des) araignées, etc. Il est également possible de laisser raconter le patient son histoire pendant que le thérapeute tapote différents points sur les doigts, les poignets et éventuellement la zone d’angoisse (thorax, abdomen). Le patient peut aussi stimuler lui-même les points.  Au cours du traitement l’intensité de la réaction de stress est mesurée sur une échelle de 1-10. Les points seront traités jusqu’à ce le bas de l’échelle soit atteint (soit 0). Comme avec n’importe quelle technique de psychotraumatologie il peut arriver que d’autres traumatismes ou croyances (cognitions) négatives apparaissent.

La technique EFT peut être utilisée en combinaison avec l’hypnose, la PNL, le EMDR, la thérapie stratégique et dans le cadre d’un débriefing.

Indications

La technique EFT est bien adaptée au traitement des psychotraumatismes (accident, catastrophe naturelle, suites de violence, etc.), troubles anxieux (peur généralisée, attaques de panique, phobies de toutes sortes) ainsi que les troubles de l’estime de soi. Comme pour toutes les thérapies brèves, un traumatisme simple, survenu chez une personne en relative bonne santé psychique, peut être traité en 3-4 séances. Plus de séances seront naturellement nécessaires si il y a plusieurs traumatismes. Si l’estime de soi est sérieusement compromise (p.ex. maltraitance morale, harcèlement,…) un travail plus long est indispensable: il pourra cependant se faire avec les outils de la thérapie brève.

© Dr Marc Muret, Zurich 2005